MAG  ABEL.jpg

Champagne Abel Lepitre

1924 CRÉATION DE LA MAISON ABEL LEPITRE
C'est dans le petit village de Ludes-le-Coquet, niché au pied du coteau délimitant le vignoble de la grande Montagne de Reims, qu'Abel Lepitre (1900-1940) crée en 1924, sans grands moyens financiers la Maison de Champagne qui porte aujourd'hui encore son nom.

Originaire d'une famille de vignerons, Abel Lepitre, maîtrisant parfaitement les techniques de vinification et de champagnisation, réussit rapidement à donner à ses vins une place enviable sur le marché français et à l'exportation. A la veille de la seconde guerre mondiale, la maison Abel Lepitre expédie annuellement environ 100 000 colis, à une époque où la production champenoise ne dépasse pas 25 millions de bouteilles.

1940 DISPARITION D'ABEL LEPITRE
La guerre interrompt cette ascension. En 1940, Abel Lepitre décède sur le chemin de la captivité en Allemagne à l'âge de 40 ans : son fils Jacques (1926-1988), âgé seulement de 14 ans, ne reprendra la maison paternelle qu'à la fin du conflit, d'abord auprès de sa mère, Marie Lepitre, puis rapidement Jacques prend l'entière responsabilité de la Maison. Pendant ces années difficiles, il est utilement conseillé par le courtier, Marcel Fignerolles.

1950-1960 NOUVELLES INSTALLATIONS ET EXPANSION
Après 10 années couronnées de succès commerciaux, Jacques Lepitre transforme la SARL, qui porte son nom en S.A et quitte Ludes-le-Coquet pour Reims ; Il s'installe au sud de la ville, avenue du Général Giraud, près d'autres grandes maisons de Champagne, dans de nouvelles et importantes installations qui comprennent notamment de superbes crayères gallo-romaines en sous-sol.


En 1960, la SA Abel Lepitre et Fils rachète aux Grandes Marques Champenoises, les marques « Georges et Henry Goulet » bien connue en Angleterre, « Girard et Cie », « Gustave Gibert et Gravet », de moindre notoriété. La même année, Jacques Lepitre intègre les entreprises acquises dans la société des Grands Champagnes de Reims, chacune des marques exploitées conservant sa personnalité propre. Afin de rationaliser son outil de commercialisation, il crée dans la foulée un outil de diffusion, la société Europe Distribution, chargée de la distribution sur le plan national de vins et spiritueux de toutes origines.

1961 PARTENARIAT AVEC LE PRINCE ANDRÉ DE BOURBON-PARME


En 1961, Jacques Lepitre, faisant toujours preuve du même dynamisme, sans perdre de temps, il obtient d'un de ses plus fidèles clients, le Prince André de Bourbon-Parme, l'autorisation d'élaborer et commercialiser un assemblage issu de moûts des meilleurs crus de Chardonnay de la Côte des Blancs portant le nom de son illustre dédicataire. La collaboration entre les deux hommes durera jusqu'en 1985, date du rachat de la maison Abel Lepitre & Fils par la Société Chatellier & Fils, appelée à devenir « Les Grands Vins Chatellier ».

1969 LA CUVÉE 134
La célèbre cuvée n°134. 134 était tout simplement le numéro du premier assemblage exceptionnel de ce vin tel que consigné dans le livre de cave de la maison. Présentée initialement en bouteille champenoise, la cuvée n°134 sera dès 1974 et sous le millésime 1969, mise en vente dans une bouteille spéciale très élégante baptisée fort judicieusement « bacchanale ». Lors de sa mise en vente, l'année du cinquantenaire de la maison Abel Lepitre & Fils, elle sera l'une des cinq premières cuvées de prestige lancées sur le marché mondial. Aujourd'hui, comme à l'origine, la cuvée 134 d'Abel Lepitre, est exclusivement composée de Chardonnay provenant des meilleurs crus de la Marne, en particulier de la côte des blancs.

1970-1974 FUSION AVEC LE GROUPE RICARD ET ACQUISITION DE LA MARQUE "DE SAINT MARCEAUX
En 1970, la société Ricard (devenue depuis le Groupe Pernod-Ricard) prend le contrôle d'une société sparnacienne « Les Etablissements Vinicoles Champenois », qui détient 48% du capital de la société des Grands Champagne de Reims, devenant ainsi le dynamique associé de Jacques Lepitre. De ce fait, en 1973, la société dépasse le million de bouteilles vendues et se situe au 17e ou 18e rang de la profession.


En 1974, Jacques Lepitre se rend acquéreur de la très ancienne marque « De Saint Marceaux », dont il élabore les cuvées depuis plus de vingt ans. L'exportation progresse, mais les trois quarts des bouteilles sont vendues en France, essentiellement dans la restauration. Pour le reste, une clientèle fidèle de particuliers a pris l'habitude de commander directement par courrier, et dans des proportions supérieures à la moyenne de la profession.

1985 – 1997 MORT DE JACQUES LEPITRE ET MISE EN SOMMEIL DE LA MAISON
Chaleureux, visionnaire et d'un naturel exigeant, cultivant d'appréciables qualités didactiques, Jacques Lepitre est élu par ses pairs, en 1973, Président des négociants en vins de Champagne. En 1980, il est nommé Chevalier de l'Ordre National du Mérite.Il cède son entreprise en 1985 et décède en 1988 prématurément.
En 1989, la maison Abel Lepitre & Fils devient filiale du groupe Marie Brizard, ce qui lui permet d'accroître la notoriété de sa marque en France et à l'étranger, tout en gardant les mêmes impératifs de qualité qui ont toujours fait sa réputation. Toutefois, la crise rencontrée au début des années quatre-vingt-dix oblitère bientôt les succès remportés sur le terrain et oblige à sa mise en sommeil pour une petite décennie. (1988 – 1997).

1997 RACHAT PAR LE GROUPE BOIZEL CHANOINE CHAMPAGNE
Le 20 Novembre 1997, le groupe Boizel Chanoine Champagne (actuellement groupe Lanson International) rachète la maison Abel Lepitre & Fils. Peu de personnes savent que Philippe BAIJOT et Bruno PAILLARD sont sentimentalement attachés à la marque. C'est dans cette maison que Philippe BAIJOT trouva son premier emploi (inspecteur des ventes de 1976 à 1978) et le tout premier vin de Champagne vendu sous le nom de Bruno Paillard (Brut Millésimé 1975) provenait de ses caves.
De suite, le nouveau propriétaire rationalise la gamme des Cuvées commercialisées en ne proposant plus que 4 qualités à la vente (Brut « Idéale Cuvée, Brut Millésimé, Brut Rosé et la Cuvée 134). Des vins équilibrés, fruits d'assemblages particulièrement soignés, très classique dans leur expression (au style agréablement fruité et d'une grande finesse), délicats ou vineux, à conseiller aussi bien à l'apéritif qu'au cours d'un repas familial ou de grande gastronomie, chacune des cuvées composées ayant ses accords préférentiels …

eti  134 .jpg

Champagne Abel Lepitre "Cuvée 134"

eti  134 .jpg